Première mondiale, la Chine vient de tirer une fusée météorologique d’un sous-marin sans pilote

La Chine a lancé une sonde à roquette à partir d’un véhicule semi-submersible sans pilote pour améliorer la surveillance météorologique et océanique.

En première mondiale, la Chine vient de tirer une fusée météorologique d'un sous-marin sans pilote

Pour la première fois, des scientifiques chinois ont lancé une fusée météorologique, appelée rocketsonde, depuis un sous-marin sans équipage. La fusée-satellite offrira désormais de meilleures observations météorologiques et océaniques dans des zones situées au-delà de la gamme couverte par les ballons météorologiques traditionnels.

Surveillance météorologique plus économique et applicable

« Lancé à partir d’un véhicule semi-submersible sans pilote (USSV) de longue durée, avec une forte mobilité et une large couverture de la mer, la rocketsonde (fusée météorologique capable de lancer des instruments météorologiques jusqu’à 8 000 mètres dans l’atmosphère) peut être utilisée sous des conditions de mer difficiles et sera plus économique et applicable à l’avenir « , a déclaré Hongbin Chen, auteur principal de l’étude, professeur de science de l’atmosphère et de la mer à l’Institut de physique de l’atmosphère de l’Académie chinoise des sciences.

Mais ce n’est pas tout. L’USSV, qui équivaut à un sous-marin sans équipage ou à un drone de mer, fonctionnera comme une station maritime pour collecter les données envoyées par la rocketonde.

« Le véhicule semi-submersible sans équipage est une plate-forme idéale pour la surveillance de la météorologie marine et de l’environnement. Les informations sur le profil atmosphérique fournies par la rocketonde lancée à partir de cette plate-forme peuvent améliorer la précision des prévisions météorologiques numériques en mer et dans les zones côtières », explique l’auteur de l’étude Dr Jun Li, chercheur à l’Institut de physique de l’atmosphère.

Et les chercheurs ont des objectifs assez ambitieux pour ces USSV. Ils prévoient d’élargir leur portée pour capturer le réseau de sondes à terre et de les utiliser pour fournir des observations 3D de la structure interne des typhons et des ouragans afin de mieux évaluer leurs trajectoires et , espérons-le, de réduire leur impact.

Une nouvelle génération de USSV

« Nous développons actuellement une nouvelle génération de USSV pouvant transporter divers capteurs utiles aux sciences de la mer, y compris pour la conductivité-température-profondeur, un capteur de courant Doppler acoustique, ainsi que des capteurs de mouvement pour fournir des profils verticaux de la conductivité, de la hauteur et la direction des vagues « , a déclaré Chen. 

Avec ces avancées, les chercheurs travaillent sur ce qu’ils appellent un nouveau système de réseau d’observation météorologique et océanographique (METOC) interconnecté.

Selon M. Chen, le système « sera développé pour améliorer l’efficacité de la collecte des observations METOC et fournir des données complètes aux échelles temporelle et spatiale nécessaires pour répondre aux questions scientifiques pertinentes ».

Cela signifie essentiellement que les plus grandes zones océaniques, qui n’avaient pas été surveillées auparavant, vont maintenant être ciblées par les rocketsondes pour rapporter des informations utiles. Les chercheurs espèrent que cela comblera les lacunes dans les connaissances sur les conditions océaniques et météorologiques et permettra une surveillance plus efficace des phénomènes océanographiques.

L’étude , avec les résultats des premiers essais en mer conduits en 2018, est publiée dans Advances in Atmospheric Sciences .